AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ~ Dans le boxe de Briseur de Rêves

Aller en bas 
AuteurMessage
Briseur

avatar

Messages : 22

Fiche équine
Race: Pur Sang
Compétitions: Meetings
Relationship:

MessageSujet: ~ Dans le boxe de Briseur de Rêves   Ven 14 Nov - 10:35


Après m'avoir enlevé ma famille, mon troupeau, après m'avoir isolé et forcé à manger et me muscler, on m'a arraché à ma maison. Un matin, un froid matin humide et baigné de brouillard, ils sont venus plus tôt que d'habitude. Super ! Je pensais passer la journée au pré, avec des copains. Mais finalement, ils m'ont mis des bandes. Etait-ce le moment de commencer le vrai travail ? Alors pourquoi me laisser cette grosse couverture toujours trop petite pour moi ? Ils m'ont trainé dehors, alors que je henissais en traversant l'écurie. Mes sabots ferrés résonnaient sur le béton dur et glacé par l'arrivée de l'hiver. Je voulais me hisser sur mes postérieurs pour m'échapper et retourner galoper vers l'été, vers la horde. Mais cette couverture me gênait et l'homme me tenait fermement. A coups de claques et d'ordres vocaux, ils m'ont fait monter dans un camion.

Mon oeil regardait tout autour de moi, j'étais terrorisé. Et elle s'est approchée de moi. Ils disaient que c'était ma naisseuse. Notre éleveuse à tous les de Rêves. Elle est montée dans le camion et je me suis senti rassuré. Elle me caressait et me parlait. Sa voix douce berçait mes oreilles et calmait les battements de mon coeur. Elle disait " Tout ira bien, Briseur. Tu es beau et fort. Mon plus bel étalon. Tu seras un champion. Je viendrai te voir si je peux. Tu es unique. Ne brise pas mon rêve, mon bel étalon. "

Et elle est partie. La porte s'est refermée et le moteur a vrombi. C'était comme un gros chien qui grogne. Je n'aimais pas trop cela. Mes jambes bougeaient contre mon gré, comme si je marchais sur la boue près de l'étang. Le trajet a duré peu de temps. J'avais un peu de foin à grignoté, mais je n'avais pas très faim. J'étais assez anxieux de savoir où j'allais aterrir. Finalement, tout s'est arrêté. Je me suis ébroué avant de voir la porte s'ouvrir, dans une forte lumière. Ils m'ont aidé à descendre. Moi, j'avais besoin de me dégourdir les jambes ! Je tirais sur la longe, fort, fort. Mais ils tiraient sur ma tête, c'était désagréable. Alors je tirais encore plus fort et je levais mes jambes, faisant briller mes fers dans les éclats du soleil. Je ne voulais pas être ici ! J'allais leur montrer.

J'ai fini par réussir à me débarasser de l'homme qui me tenait pourtant bien fermement, et de son ami qui l'avait aidé. Alors je me suis enfui vers les prés. Je galopais, la longe se collant sur mes flancs. C'était agréable de sentir le vent dans mes crins. Et la terre sous mes sabots. Mes muscles se détendaient à chacune de mes foulées. C'est alors que j'ai vu la barrière. Je n'avais jamais sauté. Je voulais voler. J'accélérai et lancé l'appui sur mes postérieurs. J'allais m'enfuir, libre. Retrouver Star et la naisseuse. Mais la camionnette s'est arrêtée de l'autre côté de la barrière. Et je n'ai pas sauté. Je suis retombé lourdement sur mes quatre pieds. Je n'avais fait qu'un saut ridicule. Frustré, je tapais du pied sur la terre sèche et dure. Je lançais des éclairs avec mes yeux. Ils me volaient MON rêve. J'allais trouver une autre sortie. J'allais galoper de l'autre côté.

Mais ils m'encerclaient de leurs gros véhicules. J'étais coincé. Pris au piège. Je soufflais bruyamment. Je voulais encore courir. D'ailleurs, les hommes disaient : " Tu veux courir mon grand ? Tu vas courir ! Toute ta vie tu vas courir ! Quand tu ne courras plus, c'est que tu seras mort. " Je ne comprenais pas cela. Mais leur ton, leurs voix ne me plaisaient pas. Il fallait que je m'en aille. Mais c'était trop tard, car deux hommes m'avaient déjà passé les longes et me tenaient plus que fermement. Ils me ramenèrent jusqu'à l'écurie, contraint de marcher à leur rythme bien que j'essaie de me défaire de ces deux taons d'hommes ! Je ne pouvais ni mordre ni taper. Ils étaient malins et habitués. Je sentais chez eux cette détermination du meneur, du chef de horde. Alors je me soumis. Pour la première fois, je décidai de repousser ma liberté à plus tard. Ils avaient gagné cette lutte de pouvoir.

Une fois entré dans l'écurie, d'autres chevaux se tenaient là. Ils levaient la tête à mon entrée en scène. Moi, je gardais a tête basse. Je ne voulais pas d'une famille en plus. Je voulais MA famille et MA maison. Ils m'enfermèrent dans le boxe. Au moins une chose était positive : je n'avais plus ces bandages et cette couverture trop petite non plus. J'avais de la paille, du foin et de l'eau. Finalement, ce n'était pas si mal. Je me tins longtemps à la porte pour voir les autres chevaux, avant de me plonger la tête dans le foin. Quel meilleur remède à ma situation que la nourriture ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zarafa
Admin
avatar

Messages : 114
Sexe du cheval : Jument

Fiche équine
Race: Haflinger
Compétitions: Meetings
Relationship:

MessageSujet: Re: ~ Dans le boxe de Briseur de Rêves   Ven 14 Nov - 23:48

Super résumé ** Pauvre Briseur :s

+ 5 pts bonus

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
~ Dans le boxe de Briseur de Rêves
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» haiti dans les annees 50
» Les changements climatiques menacent le tourisme dans les Caraibes
» Le poids de la Digicel dans la fiscalite haitienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Equid Competition :: |-| RPG |-| :: Écuries-
Sauter vers: