AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ☣ THE BENTLEY BOY au cross.

Aller en bas 
AuteurMessage
The Bentley Boy

avatar

Messages : 305
Sexe du cheval : Etalon.

Fiche équine
Race: Trakehner.
Compétitions: Meetings
Relationship:

MessageSujet: ☣ THE BENTLEY BOY au cross.   Lun 14 Avr - 0:40



THE BENTLEY BOY


AG Grupp




Play the Game.
14.04.2014
Il veille et l'accompagne.
19.04.2014



Dernière édition par The Bentley Boy le Ven 18 Avr - 22:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Bentley Boy

avatar

Messages : 305
Sexe du cheval : Etalon.

Fiche équine
Race: Trakehner.
Compétitions: Meetings
Relationship:

MessageSujet: Re: ☣ THE BENTLEY BOY au cross.   Lun 14 Avr - 2:12

Play the Game.


Le jour venait à peine de se lever, mais nous étions déjà dehors, à arpenter ces sentiers qui m’étaient inconnus. Ce n’était pas Lou qui s’était occupé de moi, mais une toute jeune femme, qui ne devait avoir que dix-sept ans. Douce, elle s’était appliquée à me panser sous le regard attentif de mon habituel cavalier, alors qu’un autre homme était là, parlant à voix basse à Lou, ne cessant de nous épier. Je ne comprenais pas vraiment ce qu’il se passait, et cela m’était de toute façon égal. Je n’avais qu’une idée en tête : découvrir mon nouveau terrain de jeu. Aussi, quand elle me présenta des cuirs tout neufs, je fus ravi. Avec soin elle vérifia mes membres et mon passage de sangle, jetant régulièrement un coup d’œil en direction des deux hommes. Je devinais que les enjeux de cette matinée seraient autrement plus importants que ce que j’avais pensé, mais là encore, ça ne m’importait que peu.

Bientôt, nous fûmes prêts à sortir. Mes sabots claquèrent une fois de plus dans les allées, alors que dansant, je trottais sur place, piaffant avec excitation : il me tardait de m’élancer et de galoper, de franchir des obstacles et de sentir toutes ces nouvelles odeurs qui me tendaient les bras. Une fois dehors, la jeune fille tenta de m’immobiliser, le temps de monter. Mais je ne tenais plus en place, et Lou dû voler à son secours. Avec fermeté, il empoigna mon filet et me murmura mon nom, me flattant et me caressant. J’avais confiance en lui, et je savais que tout ce qu’il faisait n’était que dans mon intérêt, aussi, je me détendais, obtempérant.

Lou. « Tu vas voir, Aude : sous la selle, il se métamorphose. Il est juste encore un peu jeune, il va falloir lui laisser le temps … »

Ainsi, ma cavalière se nommait Aude ? Qu’il en soit ainsi. Elle ne lui répondit pas, se contentant de lui sourire, alors que je la sentais crispée. Nous nous mîmes en marche, et déjà, mes muscles commençaient à se détendre. Nous empruntâmes plusieurs sentiers, et finalement, une clairière se dessina à nous. Les deux hommes se dirigèrent en son centre, et Lou, de nouveau, donna des indications à Aude.

Lou. « Commence à le détendre, doucement au début : il est bien assez vif comme cela. Quand tu seras sûre qu’il répond parfaitement à tes ordres, alors vous pourrez commencer à sauter quelques petits obstacles. Mais d’abord, canalise son énergie. »

Dès lors, le véritable travail commença. Aude pressa mes flancs de ses mollets, tout en jouant sur mes rênes. Et comme je commençais à céder, elle me demanda de faire toujours plus de cercles, m’incurvant à chaque fois davantage, alors que je m’étais posé sur mon mors. Régulièrement, Lou l’encourageait, la félicitant de ses décisions et de sa persévérance. Je ne comprenais d’ailleurs pas son attitude : perfectionniste, Lou avait toujours tendance à placer la barre trop haute, et féliciter une cavalière juste parce qu’elle parvenait à obtenir de moi ce que je donnais le plus facilement ne lui ressemblait pas.

Mais déjà, elle me pressait davantage, m’invitant à prendre le trot. Presque docile, j’accélérais l’allure, amplifiant le rythme. Mes foulées étaient grandes et puissantes mais légères, et elles convenaient souvent aux cavaliers qui trouvaient rapidement leurs marques. Ce qu’ils ne savaient pas, en revanche, c’est que je devenais différent une fois la détente passée. Mais Aude aurait tout le temps de le découvrir, alors que ses gestes devenaient trop appuyés pour moi. Plusieurs fois, je brisai mon mouvement, soit en rompant le rythme, soit en me démobilisant complètement, ce qui la paniquait.

Lou. « Reprend toi ! Tu ne vois pas qu’il se moque et joue avec toi ? Ne le laisse pas faire, mais laisse-le respirer aussi : quand il répond à tes demandes, cesse de les répéter sans cesse, ou il tournera fou ! »

Décontenancée sans doute, elle eut un moment d’hésitation avant de se reprendre. De nouveau elle me mit sur la main, et me demanda de m’incurver. Mais pressée et sous-pression, elle laissa ses jambes glisser sur mes flancs, aussi je me retrouvais dans une situation de demande de cession à la jambe. Cessions que j’exécutai alors. Lou avait froncé les sourcils, l’inconnu à côté de lui argumentant ses réflexions. Aude n’était pas à la hauteur de ce que l’on lui avait dit. Pourtant, ils la laissèrent continuer, ce qui me troubla.

Bientôt, elle me demanda de prendre le galop. Enervé et impatient, je donnais un énergique coup de reins et, comme elle ne s’y attendait pas, elle se retrouva projetée en avant, accrochée à mon encolure. Ni une ni deux, je me lançais dans une course désespérée, mes membres battant le terrain meuble avec entrain.

L’Homme. « Mais reprenez-le ! Et arrêtez donc de faire n’importe quoi … L’on m’avait pourtant dit que vous sauriez me satisfaire. Je suis déçu. »

Et déjà, il faisait demi-tour, et moi je me calmais, intrigué peut-être par son fort accent de l’est qui ne le rendait que plus mystérieux.

L’Homme. « Lou, je la laisse à votre appréciation. Vous me tiendrez au courant, et bonne continuation : le groupe souhaitait que je vous confirme encore toute notre confiance et notre affection pour vous. Sur ce, une longue route m’attend. Au revoir, jeune homme ! »

Lou. « Soyez sûr, monsieur, que j’entends ces compliments et qu’ils me touchent. Ne vous inquiétez pas : je m’occupe de la situation et naturellement, je vous donnerais des nouvelles de façon régulière. Merci pour la confiance que me porte le groupe : je tâcherai de ne pas vous décevoir, Monsieur. »

Ils se serrèrent la main et l’inconnu disparu, alors qu’entre temps, Aude s’était reprise. Mais curieusement, elle me demanda de m’arrêter et me dirigea vers Lou qui la regardait sévèrement.

Aude. « Désolée. Je ne voulais pas vous faire perdre du temps, et je sais à quel point ce cheval est important pour vous. Je ne sais juste pas ce qu’il m’arrive aujourd’hui … je … »

Mais déjà, il la coupait :

Lou. « Tu es sous-pression et c’est normal que tu sois nerveuse, mais maintenant qu’il n’y a plus que moi, ressaisis toi s’il te plaît. J’aimerai vraiment pouvoir compter sur toi, et je fais confiance à ceux qui m’ont dit que tu étais une valeur sûre. Je te demande seulement de le monter : fais ce que tu sais faire, ce que tu fais le mieux, ce que tu fais tous les jours. »

Nous reprîmes le travail, et cette fois, je la sentais plus déterminée, comme si elle avait été une personne totalement différente. Ces gestes étaient exacts, précis et clairs et c’était avec un réel entrain que je me pliais à ses ordres, si bien que Lou décida de nous diriger vers un premier obstacle.

Entre temps, le soleil qui s’était largement levé s’était mis à frapper plus fort, et ma robe s’était déjà recouverte d’une fine pellicule de sueur. Mais j’avais encore de l’énergie à revendre, et la seule vue de ces interminables sentiers me motivait.

L’obstacle vers lequel nous avait dirigés Lou était un droit, peu profond et relativement long : il n’y avait aucune difficulté, et il était bas. Un obstacle d’échauffement, en somme. Mais déjà, j’accélérais, tirant de plus en plus sur mes rênes qu’Aude avait du mal à tenir. Pourtant, elle s’en tira bien, alors que sa position était parfaite. Nous sautâmes sans encombre, et je la remerciais d’un énergique coup de reins, qui ne la déséquilibra pas autant que la première fois pourtant. Nous continuâmes ainsi la séance, sautant droits, vagues, puits et râteliers sans difficulté, sous le regard presque cruel de Lou qui jugeait chaque geste, chaque attitude.

Enfin, il décida de mettre un terme à ma séance de travail.

Lou. « Aude, ce sera tout pour ce matin. Merci de t’être donnée la peine de venir de si bonne heure. Je te donnerai une réponse d’ici à ce soir. D’ici là, repose toi : vous avez bien travaillé. Et ne t’en fais pas : je vais m’occuper de lui. »

Elle se laissa doucement glisser au sol après m’avoir flatté, et elle donna mes rênes à Lou.

Aude. « Merci de m’avoir laissée le monter. J’espère que votre réponse sera positive ! »

Déjà, elle s’en allait, et Lou n’avait déjà d’yeux que pour moi. Il posa sa main aussi puissante que fine sur mon encolure mouillée et me caressa.

Lou. « Bon bonhomme, tu as bien sauté ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
F Mông

avatar

Messages : 414
Sexe du cheval : jument

Fiche équine
Race: Oldenbourg
Compétitions: Meetings
Relationship:

MessageSujet: Re: ☣ THE BENTLEY BOY au cross.   Jeu 17 Avr - 4:42

Et bien... un vrai pavé ! Razz

+ 11 pts bonus Very Happy

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Bentley Boy

avatar

Messages : 305
Sexe du cheval : Etalon.

Fiche équine
Race: Trakehner.
Compétitions: Meetings
Relationship:

MessageSujet: Re: ☣ THE BENTLEY BOY au cross.   Ven 18 Avr - 22:39

Il veille et l'accompagne.


Le jour se levait à peine qu’ils étaient déjà là, silhouettes sublimes dans ces écharpes de brume qui, à leur passage, se déchiraient, découvrant une bête puissante sur laquelle dansait un homme habile. Ensemble, ils devenaient centaure, se confondant avec une aisance désobligeante, alors qu’ils n’étaient plus qu’un seul et même corps. Le puissant étalon marchait d’un pas calme, les naseaux dilatés, humant l’air et cherchant à en reconnaître chaque sentence, chaque nuance. Le vent était encore frais, et quand il se jetait sur eux, ils frissonnaient d’un même tremblement, comme s’ils étaient désormais connectés. Et déjà, le jeune homme remontait sur ses rênes, son jeune animal s’appuyant déjà sur son mors, prêt à céder pour peu qu’ils se mettent en avant et entament le travail. Les guêtres vertes de l’étalon détonnaient dans la grisaille matinale, alors que déjà, il rompait le pas, prenant le trot sans heurt ni à coup. L’encolure courbée, son nez allait chercher son profond poitrail, alors que son engagement était des plus total : à chaque foulée, il ramenait davantage ses postérieurs sous lui, s’offrant rebond et régularité dans l’allure, alors que léger, son cavalier le menait d’une main presque invisible, tant ses mouvements étaient imperceptibles. Oh, nul doute n’était encore possible : ils se connaissaient, ils se savaient et se faisaient confiance. Pouvait-il seulement exister plus beau spectacle que celui qu’ils offraient à cette heure ? Homme et Bête marchaient d’un seul et même pas, les cœurs se répondant, les corps se mêlant.

Dessinant d’étranges manèges, l’étalon se perdait en voltes qui se resserraient à chaque pas, s’échappant ensuite sur de larges longueurs, se pliant encore et toujours à la volonté de l’Homme qui, simplement satisfait, souriait d’un de ces sourires radieux qui en disent long sur l’état de béatitude. Les yeux clairs du brun pétillaient, alors que dans ces instants, il lui semblait que le monde ne tournait plus que pour eux, que les timides rayons du soleil ne perçaient les nuages que pour réchauffer leur corps. N’était-il donc pas, dans ces heures sourdes, égoïste ? Il n’était qu’un Homme, cherchant en vain un bonheur qu’il ne saurait jamais embrasser, et sans doute malheureux mourrait-il un jour, seul et méprisé des siens. Mais lui, il avait comme trompé son destin : le bonheur, il l’avait déjà embrassé, et maintes fois. Le Bonheur, c’était de sentir son tout jeune cheval tendu au bout de ses doigts, de sentir sa masse furibonde rebondir sur le sol meuble et de voir qu’il lui obéissait à lui, homme de peu de foi qui ne croyait plus en rien sinon en la volonté de cette Bête furieuse de se dresser au-dessus des flots. Là était l’immortalité, l’essence secrète des jours heureux … Là était le bonheur, juste dans ses mains, à portée de voix et de main, à portée de murmures et de caresses.

Et comme il avait reculé une jambe, laissant l’autre à la sangle et levant sa main intérieure, son étalon prit le galop. L’allure était souple, tonique et maîtrisée, et sans effort encore, Bentley se détachait du sol avec légèreté et équilibre, comme si deux ailes battaient à ses flancs. Lui aussi goûtait à cette notion abstraite de bonheur, alors que la nature autour de lui semblait ne chanter que son nom, l’invitant encore et toujours à galoper, à allonger son allure et à accélérer. Tout ne devenait plus qu’une vivante invitation à l’ivresse des sensations et des sentiments, alors que déjà, il s’enivrait du parfum de leur corps. Bientôt, il sentit son cavalier le mener sur des cercles plus grands, lui demandant d’accélérer au fur et à mesure. Heureux et complice, le vif étalon répondait à chacune de ces requêtes, ses membres battant toujours avec plus d’entrain le sol, alors que déjà, ils partaient.

Ils partaient. Ils s’en allaient pour un de ces voyages qui changent les âmes, qui les transcendent et qui les font devenir meilleures. Et c’était ensemble qu’il s’en allait, puisque Lou l’accompagnait et veillait. Ils abandonnèrent cercles ou voltes et, d’un seul et même élan, ils s’élancèrent vers les chemins qui serpentaient entre les arbres, pénétrant au cœur de cette forêt qu’ils ne connaissaient pas. Mais qu’importait ? Ils étaient ensemble, veillant l’un sur l’autre, et ils étaient convaincus qu’ils n’avaient besoin de rien ni personne d’autre.

Léger, le jeune homme brun aux yeux clairs s’était levé au-dessus de sa monture, le buste penché en avant, et il le guidait, avec précision et justesse, veillant à mettre de la régularité dans l’allure de son partenaire. Et comme ils galopaient toujours plus vite, le vent fouettant leur visage, ils arrivèrent bientôt sur un premier obstacle. Un tronc abattu sur le sol, étêté, et signalé par deux fanions : l’un blanc, l’autre rouge. Et sans mal, le bel entier noir l’effaça, ne prenant même pas la peine de le regarder, alors que d’une détente puissante, il l’avalait, repartant de plus belle, encourageait par son cavalier qui déjà le flattait. Et quel amour que celui qu’il lui portait ! Son sourire était désormais rayonnant, alors qu’il poussait encore à sa monture, la félicitant.

Lou. « C’est bien mon garçon, c’est bien, continue ! »

Et comme s’il s’était s’agit d’une prière, l’animal de ténèbres accéléra encore, des gerbes de terre humides se soulevant à leur passage. Telle une flèche tendue, ils s’en allaient, chasseurs, à la recherche d’une autre proie, d’un autre obstacle à avaler et à dominer. Et bientôt, ils trouvèrent satisfaction : un open ditch se présentait à eux, haut d’un mètre peut-être. Concentrés, ils ne faisaient encore qu’un, les foulées de l’étalon sa regroupant davantage, lui offrant toujours plus de rebond et, comme l’Homme l’ordonnait, The Bentley Boy développa son saut, usant de sa prodigieuse force, alors que déjà, il les élevait au-dessus de l’obstacle, passant sans même frôler les petits branchages de l’obstacle. Avant même qu’ils ne touchent le sol, Lou demanda à Bentley de tourner et, se contorsionnant dans un formidable effort, l’étalon vrillait derechef, repartant de plus belle.

Ils continuèrent ainsi leur langoureux manège, sillonnant la forêt comme s’ils étaient chasseurs avides de proie, sautant divers obstacles qu’ils effaçaient avec toujours plus de facilité. Bientôt, leurs sueurs se mêlèrent, alors qu’ils continuaient leur course folle, ne doutant pas un seul instant de l’autre et ainsi, magiciens, ils allaient, défiant la terre entière de les arrêter.

Il veille et l’accompagne …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
F Mông

avatar

Messages : 414
Sexe du cheval : jument

Fiche équine
Race: Oldenbourg
Compétitions: Meetings
Relationship:

MessageSujet: Re: ☣ THE BENTLEY BOY au cross.   Lun 21 Avr - 23:25

Super, comme toujours Very Happy

+ 9 pts bonus

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ☣ THE BENTLEY BOY au cross.   

Revenir en haut Aller en bas
 
☣ THE BENTLEY BOY au cross.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Récit du cross de GENK (VBM)
» recit du cross de hamont a la VBM
» le reportage du cross de meewen les mouettes.............
» confirmation du cross de ebly.....
» cross recht

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Equid Competition :: |-| Détente |-| :: Anciens rp's-
Sauter vers: